La princesse et le dragon : un album contre les stéréotypes

Une princesse, un dragon et un prince, nous voilà avec une distribution bien classique… sauf que c’est le prince Ronald qui se fait enlever par le dragon et la princesse Élisabeth qui vole à son secours ! Le dragon a brûlé le château, ses vêtements sont en lambeaux… qu’importe, Élisabeth se met en route pour sauver son prince. Elle n’utilisera pas la force mais la ruse pour piéger le monstrueux animal. Comment le prince Ronald va-t-il réagir ? Est ce que l’histoire va se terminer par “ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants” ? Assurément non ! Lire la suite

LES CRAPUS ET LES CRAPUSES…

Image ©2008-2011 ~amarie600

Principe : 

À partir d’un texte sans sens mais comportant toutes les marques grammaticales, faire un état des lieux des connaissances des élèves en grammaire (classes et fonctions).

Cette situation inédite et déstabilisante permet de faire appréhender aux élèves que la grammaire est la « mécanique de la langue ».

Ce texte est le suivant :

Les crapus avaient boulissé les patounes, mais Traline les fridola. Alors crapus et crapuses lui chevirent des mantouves en ridulant vers la louparde. Enfin rapinée, Traline leur drava : «Vous m’embouquez, mais je vous patibulerai jusqu’à la garbelle !» Sur ces binets folicheux, elle rupa dans son pansart.[1]  Lire la suite

TWITTER AVEC DES ÉLÈVES

Ce diaporama a accompagné un exposé réalisé dans le cadre d’un cours de Master 2 sciences de l’éducation. Il a été préparé en collaboration avec des twitteurs et en utilisant Twitter. Il fait un état des lieux des pratiques enseignantes autour de l’utilisation de Twitter en classe (du CP à la Terminale).

Le site Twittclasses francophones de @TiceChampagnole répertorie toutes les expérimentations, donne les adresses Twitter des classes et des enseignants concernés, permet d’avoir un aperçu des tweets échangés et comporte des reportages.

Blogs

forum_enseignants_innovants_logo.jpgProjet retenu pour le Forum des enseignants innovants Roubaix 2009


ordinateurVous trouverez un article très complet sur ce travail paru dans la revue de l’EPI (association Enseignement Public & Informatique) ici.

 

Quand on doit aider des élèves de cycle 3 en difficulté importante de lecture, écrire un blog peut être un excellent moyen de travailler de façon motivante.

Pour ceux qui ne le connaissent pas je vous conseille vivement la lecture du texte d’Ouzoulias « 10 (bonnes) raisons de faire écrire pour enseigner la lecture ».

Bien entendu écrire un blog peut se faire dans le cadre d’un travail plus axé sur la production d’écrit.

Quels sont les avantages de cette situation de travail ?
Lire la suite

« DU PAREIL AU MÊME » sur les chemins de l’abstraction

David Hébert, maître spécialisé en RASED alsacien, a inventé « Le dictionnaire des pareils » plus spécialement conçu pour les élèves de maternelle et de CP.
 
Il s’agit d’une sorte de Catégo (imagier pour apprendre à catégoriser chez Hatier de Sylvie Cèbe, Jean-Louis Paour et Roland Goigoux) pour aider les élèves à accéder à l’abstraction tout en faisant énormément travailler l’expression orale.
 
Il présente succinctement son travail , en attendant de le partager de façon plus détaillée via un blog…
 

 
Cette démarche est très bien pensée, elle fait vraiment appel à l’intelligence des élèves et, de fait, a des effets globaux (langage, logique, notion de nombre, abstraction…).
 
Pour plus de détails sur la genèse et la conduite de cette démarche, rendez-vous sur l’excellent site du Café Pédagogique pour lire une interview exclusive de David !
 
Ce n’est pas pour rien que « Le dictionnaire des pareils » a obtenu un prix du public au forum des enseignants innovants à Dax.
 
Le Site Officiel

TWITTER EN CLASSE POURQUOI PAS ?

Tout d’abord qu’est-ce que Twitter ?

Twitter est un outil de réseau social et de microblogage qui permet à l’utilisateur d’envoyer gratuitement des messages brefs, de 140 caractères maximum, appelés tweets (« gazouillis »), par Internet. (d’après Wikipédia)

La première chose à faire est de se créer un compte et d’expérimenter par soi-même comment cela fonctionne. Je me suis lancée il y a peu mon compte est @2vanssay, vous pouvez aussi y accéder en cliquant sur l’oiseau qui est en haut à droite de l’écran.

Pour débuter vous trouverez un mode d’emploi là :

Que peut-on faire avec Twitter ?  Lire la suite

PETIT POILU

« Il est petit, il est poilu, c’est Petit Poilu ! »

Voici mon support favori pour travailler le langage avec mes élèves de maternelle et de CP.

Ces bandes dessinées, sans écrit, sont très bien faites car les illustrations sont claires et riches, on voit bien les différentes émotions des personnages.

Les histoires suivent toutes le même schéma : Petit Poilu se réveille, part pour l’école et en route rencontre … une sirène, un vampire, des cannibales … , il lui arrive un tas de choses incroyables puis il rentre chez lui avec un souvenir de son aventure. Les histoires sont gaies, les enfants les adorent, il y a beaucoup à dire sur ce qui se passe et sur ce qui pourrait se passer ensuite. Petit Poilu est très attachant et les élèves s’identifient volontiers à lui.

On peut voir les premières pages de chaque album en cliquant sur les titres.

Pour découvrir comment Petit Poilu participe au combat contre les stéréotypes de genre, voir ce billet.

LIRE AVEC LES POKÉMONS

Niveau : CPPikachu

Matériel :

– Les dessins de Pokémons et leurs noms sur des étiquettes ici

– Un document avec les Pokémons et leurs noms ici

Déroulement :

Je donne aux élèves la feuille avec les étiquettes comportant les noms des Pokémons :

 » Á votre avis qu’est-ce que c’est ?  »
Lire la suite

LE CORRESPONDANT ANONYME

anonyme.jpgNiveau : CP/CE1

Principe :

Les situations de vraies correspondances classiques sont riches et donnent du sens à l’acte d’écrire mais elles sont parfois difficiles à mettre en place et à organiser.

J’ai donc utilisé plusieurs fois cette astuce du « correspondant anonyme ». J’amène aux élèves une lettre écrite par un de mes enfants qui leur est adressée, elle n’est pas signée, il est juste écrit : « Devinez qui je suis, posez-moi des questions. » Les élèves sont très intrigués, font des hypothèses, formulent des questions et la machine est lancée… Il n’est pas nécessaire qu’ils connaissent le correspondant, juste qu’ils puissent déduire qui il est. Bien sûr quand une question est trop directe comme « Comment t’appelles-tu ? », la réponse peut être partielle « Mon prénom commence par la lettre F et comporte 7 lettres. »  Lire la suite