INNOVER, UNE ACTIVITÉ ORDINAIRE ?

De retour des journées de l’innovation à l’UNESCO, j’ai eu envie de publier ce travail réalisé l’an dernier dans le cadre du cours de Georges-Louis Baron que j’ai suivi en Master 2 sciences de l’éducation :

Introduction

Aujourd’hui des enseignants innovent notamment en utilisant les nouvelles technologies en classe. Certains font tweeter leurs élèves dès le CP, d’autres autorisent (voire incitent) des collégiens et des lycéens à utiliser en cours les ressources de leurs téléphones mobiles, des classes travaillent en réseaux à l’aide d’ordinateurs reliés entre eux et à Internet, d’autres encore s’aventurent à utiliser les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs élèves ou investissent des mondes virtuels avec leurs étudiants. Des forums des enseignants innovants sont organisés chaque année en France, en Europe et même au niveau mondial pour faire connaître et valoriser ces innovations.

Ce phénomène n’est pas nouveau, les innovateurs ont toujours été présents dans la société en général et dans l’enseignement en particulier.

Mais qu’est-ce qu’exactement l’innovation ? Quels liens peut-il y avoir entre la recherche et l’innovation ? Qui sont les innovateurs ?  Lire la suite

DANS LA PEAU D’UN ÉLÈVE…

J’ai vécu aux “Rencontres maternelle” organisées par le GFEN une expérience intéressante. Un atelier s’intitulait “lecture en polonais”, intriguée, je m’y suis inscrite.

Nous sommes une vingtaine, l’atelier va commencer l’animatrice annonce : “Je vais vous donner une lettre écrite en polonais, vous allez travailler dessus, et dans une heure on saura ce qu’elle raconte.” Autant vous dire que c’est un peu interloqués que nous nous sommes mis à la tâche, d’abord individuellement.

J’ai quelques vagues notions de polonais mais pas suffisamment pour que ça m’aide vraiment… une participante exprime à haute voix son inquiétude de voir tout le monde penché sur une feuille à laquelle elle a le sentiment d’être la seule à ne rien comprendre, l’animatrice la rassure, c’est normal, on va bientôt travailler en petits groupes et ça va être plus facile.

En effet, les groupes se forment et ça argumente sec :
– “Il y a plusieurs signatures enfantines.”
– “Le mot “zoo” est reconnaissable.”
– “C’est sûrement de la correspondance scolaire.”
– “La date ?”
– “Probablement mai ou juin, en Pologne il fait froid et on ne sort pas avec une classe au zoo en hiver.”

Lire la suite sur le blog École de demain