POUR une « culture commune » qui mouille…

image

Je n’ai rien contre la culture et encore moins contre le fait qu’elle soit commune… pourtant j’ai un peu de mal à intégrer ces deux mots, ainsi accolés, ou plutôt de la difficulté à comprendre ce qui se cache derrière cette formule. C’est souvent fumeux et/ou vague et ça ressemble fort à : « La culture commune, personne ne peut être contre mais personne ne sait ce que ça veut vraiment dire, donc ça n’engage à rien et c’est bien pratique ! »

Alors je me lance et je me mouille… je suis POUR la « culture commune » à l’école si et seulement si :

    • elle n’est pas uniforme mais ouverte, variée, mélangée
    • elle comporte -et même part de- la culture des élèves sans jamais la mépriser ou la dénigrer (oui, oui je parle bien de ce qu’ils aiment à la télé et sur Internet, de ce qu’ils écoutent comme musique, de leurs pratiques culturelles numériques et autres…)
    • elle permet de faire des liens au profit des apprentissages et d’une ouverture sur d’autres références culturelles
    • elle n’exclut personne et contribue à créer une communauté d’apprentissage
    • elle irrigue les apprentissages de dimensions et de questions qui dépassent le « scolaire »

En fait, concrètement, voici ce que m’évoque par exemple « la culture commune » à mettre à l’oeuvre dans nos classes :

  • J’aime la démarche préconisée par Serge Boimare qui propose du nourrissage culturel à ses élèves à partir des grands récits mythologiques.
  • Ça ne me dérange pas de faire référence à Koh-Lanta (une émission de télé-réalité, quelle horreur !) pour éclairer la façon dont s’y prend Hermès pour inventer le feu parce qu’il y a fort à parier que cela parlera à la majorité des élèves…
  • Que Beethoven soit un chien pour les élèves de primaire ne me consterne pas, c’est à moi de les emmener du chien vers le musicien.
  • Utiliser les Pokémons pour travailler la lecture ou pour expliquer des mots de vocabulaire -si le pokémon Soporifik qui endort ses ennemis est connu des élèves, mémoriser le sens de soporifique sera aisé- ne réduit pas mon enseignement mais le rend plus riche et plus efficace aussi.
     
    Il ne s’agit pas, bien au contraire, de renoncer à transmettre des références « classiques » et exigeantes… mais je crois profondément que nous avons tout intérêt à nous pencher sur les tendances du moment qui plaisent à nos élèves, à leur demander de nous les faire découvrir et à constater bien souvent le recul et l’analyse remarquable qu’ils peuvent en avoir.

    À nous après d’en faire quelque chose (ou pas) : détourner les codes, faire des liens, leur faire démêler le vrai du faux dans les références d’une série ou d’un jeu… Et puis, si on s’intéresse sincèrement à ce qui plaît à nos élèves, il n’y a aucune raison qu’ils ne nous retournent pas la politesse en s’intéressant à leur tour à ce que nous tentons de leur transmettre.

    Alors oui, si c’est ça la « culture commune », je suis POUR !

     

Petit Poilu contre les stéréotypes de genre

petit-poilu-15

« Il est petit, il est Poilu, c’est Petit Poilu ! »

Je vous parlais déjà de lui il y a 4 ans et depuis il a continué son chemin et vécu plein d’autres aventures… La dernière est cependant particulière et méritait bien un nouveau billet.

En ces temps où les stéréotypes de genre et la façon de les aborder avec les enfants fait polémique, le dernier album de Petit Poilu met les pieds dans le plat et c’est, je trouve, une très bonne initiative !

Dans « L’expérience extraordinaire » il y a une première particularité que repéreront tout de suite les habitués : sur la première page, où rituellement Petit Poilu se réveille et se prépare pour aller à l’école, c’est cette fois-ci son papa qui gère ce moment. Bon OK, les tartines sont un peu trop grillées quand même, les stéréotypes ont la vie dure, même ici… Lire la suite

Scénario global pour le TwittMOOC

Voilà, le MOOC eLearn² touche à sa fin et le dernier billet concerne la scénarisation du dispositif…

J’ai volontairement botté en touche pour le scénario détaillé de chaque étape parce que les étapes ne sont pas uniformes pour tous ni déterminées à l’avance (même s’il y a une programmation indicative à la disposition des participants) et aussi, je l’avoue par manque de temps. Je me suis concentrée sur le scénario global en essayant qu’il soit à la fois complet et lisible. De plus pour élaborer ce scénario j’ai été aidé par quelques membres du TwittMOOC. J’ai posté une première version sur Twitter puis l’ai affinée en prenant en compte les diverses suggestions recueillies. Vous retrouverez les différentes étapes dans le Storify intégré à la fin de ce billet. Lire la suite

Travail fourni dans le cadre de eLearn²

Voici le billet bilan/synthèse de ma participation au MOOC eLearn².

J’ai réalisé toutes les activités et rédigé tous les billets demandés.

Pour le module 6 je n’ai pas réalisé exactement le travail proposé car il ne correspondait pas aux besoins de mon projet. Mon temps étant limité, j’ai préféré traiter le thème en mettant en place une modalité d’évaluation adaptée, je compte sur la compréhension des formateurs pour ne pas m’en tenir rigueur. Lire la suite

Interactions maximum sur le TwittMOOC

leoni-twitter-summer

Me voici au terme du module 7 du MOOC eLearn² concernant les interactions et le tutorat. C’est l’occasion de regarder de plus près comment cela se passe dans le TwittMOOC.

Les interactions sont essentielles et même au cœur du TwittMOOC ! En effet comment imaginer se mettre à Twitter sans interagir… impossible ! Lire la suite

Des badges pour le TwittMOOC

6a84e1016c8958bf0e964b846e6ef6e2        1863bcb8192561eb3b47757a738a0a04
Le module 6 du MOOC eLearn² concerne les modalités d’évaluation ce qui n’est pas simple dans le cadre du TwittMOOC. J’ai décidé de ne pas suivre exceptionnellement le travail proposé dans le module qui était au choix sur les QCM ou l’évaluation par les pairs, mais de chercher et mettre en place une évaluation adaptée à mon projet.

En effet les attentes et l’aisance des participants sont très variables, ce MOOC ne veut pas se prendre au sérieux (tout en étant efficace !) et je ne vois pas bien comment gérer des “évaluations” à corriger, valider, vérifier… Malgré la présence de nombreux tuteurs cela demanderait de la gestion, du temps passé, des contraintes que je n’ai pas envie de m’imposer, ni d’imposer à d’autres. Le TwittMOOC doit rester léger, souple et ludique ! S’il devient pesant et contraignant il fera fuir… Lire la suite

Immerger sans noyer…

twitter.duck_Me voilà arrivée au module sur les activités en ligne du MOOC eLearn² et donc voici venu le temps de m’interroger sur celles proposées par le TwittMOOC.

Tout d’abord il me semble que la caractéristique du TwittMOOC est de proposer des activités en ligne de type immersif !

Tout comme pour la natation, les langues étrangères ou les techniques de survie où l’on plonge les participants dans un milieu (l’eau, un pays étranger ou une contrée hostile) pour leur apprendre à s’y débrouiller, le TwittMOOC consiste avant tout à plonger les participants dans Twitter.

Les plonger, oui, les noyer non ! Il convient donc d’être attentif à quelques conditions nécessaires : Lire la suite

Comment le TwittMOOC motive…

5-Twitter-Marketing-Tactics-for-Building-a-Fanatical-Following-Pour ce sixème billet dans le cadre du MOOC eLearn² portant cette fois-ci sur la motivation je vais m’appuyer comme demandé sur les facteurs de Viau mais aussi sur l’illustration du billet de @didac2b, concernant les facteurs de réussite d’un MOOC, qui a nourri ma réflexion ces derniers jours…

Alors selon Rolland Viau pour motiver les apprenants il faut les convaincre :

  • de la valeur des tâches en ligne proposées

  • de leur compétence à réaliser ces tâches

  • du contrôle qu’ils ont sur l’atteinte des résultats

Les tâches en ligne proposées par le TwittMOOC sont sous forme de défis à relever, d’immersion dans Twitter et d’interactions. Nous proposons « d’apprendre en faisant » ce qui de mon point de vue est ce qu’il y a de plus efficace. Le TwittMOOC ne néglige pas pour autant d’autres apports théoriques et réflexifs via les billets du blog. Lire la suite

Objectifs du TwittMOOC

origin_3942001028 (1)Avant le travail proposé par le MOOC eLearn² sur les objectifs, j’avais spontanément fixé les objectifs en ces termes :

À la fin de ce MOOC vous serez en mesure : 

  • d’utiliser Twitter pour vous informer, vous distraire et même dans le cadre de votre travail
  • d’organiser votre usage de Twitter en fonction des buts que vous poursuivez
  • d’échanger avec de nombreuses personnes, élargissant ainsi votre cercle amical et vos contacts professionnels

Et ajouté en clin d’oeil :

Et aussi vous risquez : 

  • d’être pris d’une envie irrépressible d’acquérir un smartphone
  • d’avoir envie d’ouvrir un blog
  • de ne plus jamais vous sentir seul et désemparé

Lire la suite

Projet TwittMOOC lancé, réflexions en cours…

medium_8476983849Mon chemin dans le MOOC eLearn² se poursuit alors que parallèlement mon projet de TwittMOOC est lancé sur Twitter et  via un blog dédié.

En effet j’ai souhaité commencer à tester mon idée, même si tout est loin d’être abouti, pour voir si cela pouvait fonctionner, réajuster en fonction des premières réactions et solliciter la participation des premiers inscrits et tuteurs volontaires. En deux semaines le blog TwittMOOC a reçu plus de 4000 visites et le dispositif compte 19 inscrits et 13 tuteurs volontaires. Les échanges commencent à être fournis sur Twitter… bref, c’est parti, maintenant il va falloir assurer !

Pour le moment j’alimente le blog support en contenu en privilégiant la catégorie “kit de départ” pour outiller les apprenants et surtout la catégorie “défis” destinée à les motiver à se mettre en situation active. Le blog permet de trouver les éléments utiles à la formation et d’avoir des retours via les commentaires. Cela manque d’interactivité et de lisibilité par rapport à une plateforme LMS, mais assure le minimum et correspond à ce que je peux gérer sur mon temps libre. Lire la suite